mercredi 22 mai 2019

Votre annonce ici

Votre annonce ici

Vous souhaitez publier votre...

Annonces

Nouveauté : American honey

American honey de Andrea Arnold, avec Sasha Lane, Shia LaBeouf, Riley Keough...

Star, 17 ans, croise le chemin de Jake et sa bande. Sillonant le midwest à bord d’un van, ils vivent de vente en porte à porte. En rupture totale avec sa famille, elle s’embarque dans l’aventure. Ce roadtrip, ponctué de rencontres, fêtes et arnaques lui apporte ce qu’elle cherche depuis toujours: la liberté ! Jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Jake, aussi charismatique que dangereux….

La critique :

C’est vrai qu’elle en fait des tonnes Andrea Arnold dans son American honey et c’est un peu dommage parce qu’il y a aussi un vrai élan de jeunesse qui est gâché par le too much de musique et de coolitude. Il y a un parti pris de naturalisme pourtant avec ces jeunes acteurs presque tous amateurs et la peinture d’une Amérique profonde “white trash” assez déprimante. Mais la musique un brin trop présente et par moments assourdissantes et un scénario trop édulcoré pour être réaliste ôtent toute cohérence au film qui prend du coup des allures clippesques qui le desservent. Star (Sasha Lane) n’aura de cesse de se mettre en danger tout au long du film, montrant certes une insouciance propre à la jeunesse que la réalisatrice voulait sans doute mettre en avant mais on ne peut croire une seconde qu’il ne lui arrive aucun malheur à chaque fois qu’elle monte en voiture avec des inconnus dans des tenues suffisamment aguicheuses pour éveiller de bien bas instincts. Même le mec qui lui offre 1000 dollars pour qu’elle se prostitue ne se contente que d’une pauvre petite branlette dans sa bagnole avant de la raccompagner en parfait gentleman jusqu’à son logement. On n’y croit pas une seconde… Si on fait abstraction de la mollesse scénaristique et du rap parfois agaçant, on arrive quand même à sentir un arrière-goût de liberté pas si désagréable, notamment dans une scène finale tribale au son du “God’s whisper” de Raury comme un hymne à la jeunesse dans cette autre Amérique des grands espaces naturels où le trash fait place au beau et où on voit poindre une petite lueur d’espoir pour cette génération de paumés. Le titre s’oppose d’ailleurs presque au tube du début de film, “We found love” de Calvin Harris et Rihanna, hymne de supermarché (ou de Body Attack ^^). Outre Shia LaBeouf qui excelle dans ce rôle de marginal beau parleur, Sasha Lane est une révélation. Il est d’ailleurs dommage que les scènes de sexe manquent à ce point de sensualité car il se dégage de leur couple une pétillance à laquelle on voudrait croire. A noter la présence de l’ex SDF Arielle Holmes dans le rôle de Pagan, connue pour son roman autobiographique “Mad love in New York” adapté à l’écran il y a quelques années et véritable représentante finalement de cette jeunesse white trash. - Mon ciné à moi