mercredi 26 février 2020

Votre annonce ici

Votre annonce ici

Vous souhaitez publier votre...

Annonces

Opération City Foliz à Béziers

30 Jours gagnants est une opération inédite de Cashback et d’animations pour soutenir la consommation en centre-ville à Béziers, Montpellier et Sète.

Cet après-midi, vendredi 13 décembre, Hussein BOURGI, Conseiller Régional Occitanie, Olivier Leyssenot, 1er Vice-Président de la CCI Hérault et Jean-Marie Sevestre, Vice-Président Commerce de la CCI Hérault ont présenté conjointement l’opération CITY FOLIZ, action inédite dédiée au pouvoir d’achat dans les centres-villes de Béziers, Montpellier et du bassin de Thau. 

Tout au long du mois de décembre ce fonds de redynamisation, financé par la Région Occitanie et soutenu par le Département de l’Hérault, permettra de soutenir la consommation dans les cœurs de ville. 

Comment ? En remboursant 20% de vos achats !

Sur Béziers, c’est une enveloppe de 10 000 € qui est mobilisée.

Pour télécharger l'application Keetiz


Journée spéciale Vendredi 20 décembre 2019

Une journée d’animations dans les centres-villes de Béziers, Montpellier et Sète au travers de la participation de 700 commerçants (400 à Montpellier - 200 à Béziers et 100 à Sète).

Une belle façon de clôturer ce mois dédié au pouvoir d’achat. De 10h à 17h, orchestres, musiciens costumés, troupes de majorettes d’un nouveau genre déambuleront en centre-ville pour faire re-découvrir l’offre commerciale et redonner vie et bonne humeur aux cœurs de ville.

Pour l’occasion 25 000 € de bons d’achat seront distribués tout au long de la journée au travers de jeux et tirages au sort. Ces bons d’achat, d’une valeur de 20 €, seront utilisables jusqu’au 24 décembre, chez les commerçants participants.

NB : La dotation de 10 000 € sur Béziers sera disponible jusqu’à épuisement total de la somme, au delà de la journée du 20 décembre si nécessaire.

Depuis le 17 novembre 2018, le territoire héraultais est touché par les manifestations des « Gilets Jaunes ».

Les enquêtes menées par la CCI de l’Hérault auprès des professionnels montrent que l’impact est réel sur l’activité économique.

• Perte moyenne d’activité de 30 à 40% par rapport à un samedi classique

• Blocage de centrales et plateformes logistiques

• Livraisons impossibles tant entrantes que sortantes

• Fermetures des terrasses

• Dégradation de matériels et vitrines Les villes de Sète et Béziers ont été impactées jusqu’au mois de février.

Les mobilisations sur Montpellier se sont poursuivies, quant à elles, jusqu’à la fin du mois de juin, pour reprendre en septembre 2019.

Sur l’Ouest Hérault :

Une baisse moyenne de fréquentation et de chiffre d’affaires de 32% imputable au mouvement entre le 17 novembre 2018 et fin janvier 2019.

• 63% des commerçants biterrois ont observé une baisse nette d’activité sur les fêtes de fin d’année 2018 (fréquentation et chiffre d’affaires), par rapport 2017.

• 81% des commerçants observent une fréquentation en baisse lors du démarrage des soldes d’hiver 2019.

Sur le Bassin de Thau :

• Une baisse moyenne de fréquentation et de chiffre d’affaires de 29% imputable aux manifestations de fin novembre 2018 et fin janvier 2019, périodes durant laquelle le mouvement a été le plus suivi sur le territoire.

• 50% des commerçants du Bassin de Thau ont observé une baisse nette d’activité sur les fêtes de fin d’année 2018 (fréquentation et chiffre d’affaires), par rapport à 2017.

• 50% des commerçants estiment que le démarrage des soldes d’hiver 2019 a été moins bon que celui de l’année précédente malgré un taux de remises moyen de 40% à 30% dès les premiers jours (taux moyen supérieur à 2018).

Sur Montpellier :

• 65 % des commerces et entreprises de services impactés dès les premiers rassemblements.

• En moyenne, une perte de fréquentation de 32 %

• Une perte de chiffre d’affaires de 35 % Impact sur les fêtes de fin d’année 2018 et les soldes d’hiver 2019 :

• 83 % des commerçants ont constaté une diminution de la fréquentation de leur établissement

• 27 % des commerçants ont tenté d’enrayer la désertification de leurs commerces en accentuant leurs niveaux de remises, mais l’effet a été minime.

Les pertes de chiffre d’affaires estimées sur le centre-ville de Montpellier, depuis le début du mouvement sont de l’ordre de 15 millions d’euros.