samedi 22 septembre 2018

Votre annonce ici

Votre annonce ici

Vous souhaitez publier votre...

Annonces

Le coup de gueule de Florence

 

We live in a wonderful area of France... we have everything : the sea, mountains, countryside, a heritage from various invasions, a superb architectural heritage.


And yet...
Having lived in America, worked with Japan, Asia, europe, maybe I have a slight different view over things, but I must say that we are far from being ready to host tourists.


Why ?
The economic ressource of Occitania is our heritage, and therefore tourism, and vineyards.
Imagine a person out of work here, he understands that and wants to find through the unemployment agency an english class. They send him into a class where he's got headphones on his ears and no teacher. No teacher, no explanations, and of course this is expensive for those who pay taxes...
Who buys our wines ? Who's interested in our heritage ? The august french tourists who go to the beach and eat their sandwiches there ? And who finally comes to Occitania because it's cheaper than the Riviera ?
Or the foreigner, interested in architecture, fond of French history, who's going to rent a room in a castle, hire people, have boxes of wines exported to the USA or Japan, local artisanal products...


We're missing our target.
Nothing is ready.
What are we waiting for to train those kids to host those tourists who are our only chance ?
English ? Of course, a must ! But what about Japanese people ? Here are passionate people, full of respect, who come here to spend, who select our region (because they get lost as in their country no one heard about Occitania), and who are hosted by french people speaking an english as bad as theirs, and not always welcoming.
What are we waiting for ?

Florence de Martino

   

On vit dans une région magnifique... avec un patrimoine qui date; les rose croix, les templiers, les arabes, tous ont laissé des vestiges du passé, un patrimoine architectural fabuleux. Et on a tout ! La mer, la montagne, la campagne...


Et pourtant...
Ayant vécu aux Etats-Unis, travaillé avec le Japon, l'Asie, les Européens, j'ai peut-être une déformation mais force m'est de constater que par rapport à certaines régions de France plus prêtes à accueillir des touristes, nous sommes loin d'être prêts.

Pourquoi ?
Notre richesse est le patrimoine, donc le tourisme et ce qui va avec, les vignobles.
Imaginez un chômeur qui en a conscience et veut se reconvertir, voire suivre une formation. Ces gens là, on les envoie vers des formations linguistiques où on leur pose un casque sur les oreilles, et débrouilles toi. Pas de prof, pas de formateur, pas d'explications, et cela nous coûte, nous contribuables, pas mal de sous...
Qui achète nos vins ? Qui s'intéresse à notre patrimoine ? L'aoûtien qui cherche la plage, et va manger son sandwich ? Et qui vient en Occitanie parce que finalement çà coûte moins cher que la Côte d'Azur ?
Ou l'étranger, féru d'architecture, passionné d'histoire de France, qui va louer un logement en château, louer des voitures sur place, embaucher du personnel, se faire envoyer aux Etats-Unis ou au Japon des caisses de vin, des productions artisanales locales...

On se trompe de cible.
On n'a rien de prêt.
Qu'attendons nous pour former tous ces jeunes à l'accueil de ces touristes qui sont un filon pour notre Occitanie ?
L'anglais ? Of course, obligatoire ! Mais quid des Japonais ? Voilà des gens passionnés, respectueux, dépensiers, qui choisissent notre région (quand ils se perdent, parce que chez eux, l'Occitanie, on n'en a jamais entendu parler bizarrement...) et qui sont reçus par des hôtes bredouillant un anglais aussi mauvais que le leur, et pas toujours accueillants.

On attend quoi ?


Florence de Martino

Ancienne correspondante de Midi Libre et globe-trotteuse aguerrie, Florence de Martino est rédacteur en chef d'Agde-Infos et rédactrice pour tous les sites d'Oc-Infos.